Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En ce moment

Bientôt le PLU de Saverdun

Allez-y voir

Le Forum:  MANGER BIO en Ariège

________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 08:26

Bio Consom'info n°49 – Avril 2012

osons la bio

La bio dans la campagne: une récolte décevante


   Osons la bio. Avec près de 50 000 signatures, notre campagne de pétition arrivera à son terme le 30 avril prochain. Dans quinze jours l’une ou l’un des candidat(e)s à l’élection présidentielle aura la lourde responsabilité de présider notre république et de mettre en œuvre, avec le gouvernement issu des prochaines élections législatives, les engagements qu’il a pris devant les citoyens.

    Concernant l’agriculture biologique, pour Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade, Marine Le Pen  et Nicolas Sarkozy, la tâche serait simple. N’ayant fait aucunement référence à cette agriculture dans leur programme et donc pris aucun engagement, ils n’auront aucune promesse à tenir où à trahir. Si l’une ou l’un de ces candidats était élu(e), les consommateurs bio sont informés. N’ayant rien à en attendre ils auront tout à exiger.  Et donc à redoubler d’action. Dans ce domaine et dans bien d’autres dont nous sommes redevables devant nos enfants, nucléaire, OGM…et qu’ils promeuvent aveuglément.


    Un fourre-tout programmatique un peu confus réunissant agriculture raisonnée, biologique, respectueuse de l’environnement, durable, préservée …évite à deux autres candidats, François Bayrou et François Hollande de prendre clairement position sur la bio. Craignant de s’attirer les foudres d’un électorat agricole, majoritairement conventionnel dans ses pratiques et conservateur dans ses votes, ils se positionnent pour une diversité des agricultures, éludant de fait les questions et surtout les réponses. Pour preuve aucun de ces deux candidats n’a pris la peine de répondre aux courriers et courriels demandant de préciser leurs positions aux dizaines de milliers de signataires de la pétition. Nous prenons acte de cette abstention qu’ils dénoncent par ailleurs.

 
    Si leur conversion est récente, nous encourageons Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Poutou à poursuivre leur formation …dans l’opposition dans laquelle ils agiront les cinq prochaines années quel que soit le nouveau président de la république. Le premier «condamne une agriculture de masse…qui ne tient pas compte du respect de la santé des animaux comme celle des humains et qui pense avant tout au profit plutôt qu’à la qualité du produit». Le second se dit  favorable à «une agriculture plus paysanne, plus soucieuse de la préservation sur le long terme de l’outil de production» et considère que «l’agriculture biologique participe de cet objectif, il est donc logique d’encourager son développement». Espérant que ces déclarations électorales soient davantage que des discours de circonstances.


    Si Jean-Luc Mélenchon, très récent partisan d’un «plan national de transition écologique de l’agriculture» se rapproche ainsi des écologistes qu’il a lu et bien compris, il le fait avec son talent et donc avec force et conviction. Dans son programme (nous regrettons qu’à ce jour ce candidat n’ait pas non plus pris la peine, ou plus exactement eu le respect, de nous répondre), il affirme son «soutien aux filières alternatives labellisées, vivrières, courtes, de proximité, biologiques et reposant sur une juste rémunération afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier d’une alimentation de qualité». Qu’il soit président ou ex-candidat opposant de l’extérieur ou de la périphérie, ses engagements «pour une agriculture paysanne» font de Jean-Luc Mélenchon un acteur qui pourrait être déterminant pour l’émergence d’une nouvelle politique agricole dont la France ne peut plus s’exonérer.


    Pour Eva Joly, «il est urgent de changer de modèle agricole». Si nous regrettons que la première urgence n’ait pas été pour le parti écologiste de rendre plus audible et compréhensible sa parole dans cette campagne,  à l’évidence les propositions d’Eva Joly, que nous remercions  pour son courrier argumenté en réponses aux interpellations des 45 000 signataires, sont les plus en phase avec les objectifs et les attentes des bio consom’acteurs. Son projet «a pour ambition d’accompagner l’ensemble de l’agriculture dans sa transition écologique, sachant que l’horizon visé à terme est celui d’une agrocécologie généralisée à tout le territoire, dont l’exemple le plus abouti est l’agriculture biologique». Nous ne pourrions mieux dire.

Au 19 avril 2012 seules 3,5% des terres cultivables françaises sont bio. Osons plus que jamais la bio !

Hugues Toussaint, président de Bio Consom'acteurs

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires