Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En ce moment

 

 

 

 

 

 

 

 

 

pris sur la page d'Olivier De Robert, conteur ariégeois.

Allez-y voir

2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 10:13

C'est quoi l'agroécologie? Vaste question, puisqu'il n'y a aucune règle officielle, aucune charte, aucun cahier des charges. Alors c'est à qui s'y engouffre à qui mieux mieux, puisqu'il y a de l'argent des subventions à la clé.

On va me dire "c'est un état d'esprit, un objectif, un comportement". Ouais, disons que dans la société actuelle, dire "moins de produits phytosanitaires, pesticides" , "une meilleure autonomie des exploitations dans le sens d'un développement durable", s'il n'y a pas de règles, je me permets de douter (par exemple la consommation de produits pesticides se porte toujours très bien, malgré lles plans mis en place). Car en plus c'est ce que réclamait Xavier Beulin ("l'agroécologie? la FNSEA est pour, à condition qu'il n'y ait pas de règles imposées!") le non regretté patron dudit syndicat.

Entendons-nous bien, il y a des personnes, des paysans, des organismes, qui sont sérieux et compétents. Ainsi par exemple "Nature et Progrès", association qui depuis les années 60 milite pour une autre agriculture, est à la base du Labal A-B;

 

Une fédération de consommateurs et de professionnels
engagés depuis 1964 dans l'agro-écologie

 

Pour aller voir: http://www.natureetprogres.org/

Vous pensiez que c'était Pierre Rabhi, l'inventeur de l'agro-écologie? Et bien NON, il veut le faire croire, son mouvement des Colibris aussi, mais NON.

Colibris d'ailleurs qui, surfant sur la mode, devient machine à faire du fric. A savoir chaque entrée de conférennce est payante (tarif fixe, pas de participation libre) et le "gourou" s'il vient en personne, et bé, il réclame aussi des rémunérations, même dans le cadre de son mouvement, avec en plus les frais d'hébergement et déplacements.

A titre de comparaison, à Saverdun, pourles débats-projections, aucun des invités n'est rémunéré, on dédommage le déplacement et le repas, le logement a lieu chez l'habitant (que ce soit Marie Monique Robin, Gilles Perret et autres).

Donc du coup les oasis, comme ce sont des succursales, et bé, un stage chez eux est payant! Tu fais de la pratique, donc tu travailles et ... tu paies, et pas qu'un peu: genre entre 400 et 600€ la semaine.Quant à l'autonomie des exploitations? Elles produisent, elles ont des stagiaires qui y travaillent et qui paient, souvent, très souvent les organisateurs  ont une autre activité rémunérée; alors quelle autonomie économique?

Est-ce tout? et bien non, il y a les appels publics, c'est les colibris qui écrivent:

"Nous disposons aujourd'hui de 120.000 euros pour réaliser ce grand projet. Colibris recherche 200.000 euros supplémentaires pour organiser des évènements de qualité, accessibles au plus grand nombre, et continuer à financer les trois autres projets principaux de l'association : le Projet Oasis, la Fabrique des colibris et l'Université des colibris."

Oasis? Ni un groupe de musique, ni un refuge pour assasiné politique, non, c'est le nom que donnent les colibris à leurs projets. Moi naïf, je m'étais dit, oasis=refuge donc je voyais bien Rabhi lançant un grand mouvement d'accueil de réfugiés, migrants, sans domicile. Mais non, si un colibri "fait sa part" selon la légende, c'est bien sa part à lui, sa part POUR lui!! Imaginez avec 320 000 €uros?

Partager cet article

Repost 0
Jean Luc Jean Luc
commenter cet article

commentaires